Regards de physicien.ne.s 2017

Jeudi 2 février 2017 au CNAM
cnam / amphi Paul Painlevé / 292 rue Saint Martin / Paris 3e / entrée libre

Programme

  • 11h15 -12h15

Assembler un système quantique atome par atome : une voie pour comprendre les propriétés quantiques de la matière.

Sylvain de Léséleuc
Laboratoire Charles Fabry, à l’Institut d’Optique Graduate School

Téléchargez la présentation

  • 12h15 – 14h Buffet ouvert au public

  • 14h

S’inspirer du rein pour filtrer l’eau ou comment faire des passoires innovantes ?

Sophie Marbach

Laboratoire de Physique Statistique, Ecole Normale Supérieure, Paris

  • 15h

Remise des prix jeunes chercheurs de la SFP

Raphael Lopes

Antoine Berut

  • 16h00

Une planète rocheuse et tempérée autour de l’étoile la plus proche du Soleil ?

Martin Turbet
Laboratoire de Météorologie Dynamique, IPSL, UPMC

Télchargez la présentation

 

Publié dans SFP-Paris

Regards de physicien.ne.s 2016

Regards de physicien.ne.s 2016

Vendredi 5 février 2016 au CNAM
cnam / amphi Paul Painlevé / 292 rue Saint Martin / Paris 3e / entrée libre

Programme

Conférences de 11h30 à 12h30 et 14h à 18h – l’ordre exact des conférences sera indiqué ultérieurement
Buffet ouvert à toutes et à tous de 12h30 à 14h

Les neutrinos: messagers de l’infiniment grand et de l’infiniment petit

Antoine Kouchner
Laboratoire Astroparticule et Cosmologie
Université Paris-Diderot / CNRS

Depuis leur naissance conceptuelle en 1930 (et leur première observation dans les années 50), les neutrinos n’ont cessé de lancer des défis aux physiciens des particules, tant expérimentateurs que théoriciens, et leurs propriétés fondamentales sont encore mal connues. Messagers de l’infiniment petit, ils nous fournissent les premiers indices d’une  physique au-delà du Modèle Standard. Messagers de l’infiniment grand, pouvant traverser des distances cosmologiques, ils sont aussi des témoins privilégiés, bien qu’élusifs, des phénomènes astrophysiques cataclysmiques.
Après une brève introduction historique, l’état des connaissances actuelles sur les propriétés des neutrinos sera dressé, ainsi que sur les nouvelles perspectives ouvertes en termes d’astronomie.  Les motivations de l’attribution du prix Nobel de physique à Takaaki Kajita et Arthur B. McDonald, pour “la découverte de l’oscillation des neutrinos” seront explicitées.

Planetterrela : une expérience d’astrophysique en laboratoire

Carine Briand
Observatoire de Paris
CNRS/Université Pierre et Marie Curie/Université Paris-Diderot

http://planeterrella.obs.ujf-grenoble.fr/

Présentations des lauréats des prix jeunes chercheurs de la SFP

Recherches sur l’enseignement de la physique : objets, enjeux et méthodes

Cécile de Hosson
Laboratoire de Didactique André Revuz
Université Paris-Diderot/universités de Cergy Pontoise/Paris-Est Créteil/Artois/Rouen

Faire de la Science avec Star Wars

Daniel Suchet
Laboratoire Kastler Brossel
Université Pierre et Marie Curie/ ENS / CNRS

Les univers imaginaires offrent un angle original pour aborder la médiation. Sous prétexte de science-fiction, c’est l’occasion de présenter des concepts physiques mais surtout de mettre en avant les étapes essentielles qui fondent la démarche scientifique, quel que soit son cadre d’application.
Qu’est-ce que la Force ? Comment marche un sabre laser ? L’Empereur porte-t-il des talonnettes pour éviter de s’électrocuter avec ses propres éclairs ? Petit tour d’horizon des questions de science soulevées par un monument de la culture cinématographique.

Publié dans SFP-Paris

Regards de physicien/ne/s 2015

Regards de physicien/ne/s 2015RdP2015

Regards sur la lumière
dans le cadre de l’année internationale de la lumière

Vendredi 23 janvier 2015 au CNAM
cnam / amphi Paul Painlevé / 292 rue Saint Martin / Paris 3e / entrée libre

Programme

11h30 Les théories de la lumière dans une science en mouvement

Bernard Maitte
Université de Lille 1
Bernard.Maitte@univ-lille1.fr

Vers l ‘an mille, Ibn al-Haytham formule une théorie corpusculaire de la lumière. Au XIIIème siècle, Robert Grossetête lui répond par une première théorie ondulatoire. Dés lors ces deux conceptions de la lumière et du monde vont s’affronter.
La conférence s’intéressera aux controverses qui se développent à partir du XVIIème siècle. On y verra s’opposer des hommes qui oeuvrent avec des méthodologies et des présupposés différents, pour répondre aux interrogations privilégiées par les courants de pensée dans lesquels ils s’inscrivent. Nous croiserons les Descartes, Huygens, Newton, Young, Fresnel, Maxwell dans leurs efforts pour construire une science explicative et prédictive, exempte de contradictions : leurs tentatives, qui se révélèrent a posteriori toujours insatisfaisantes, montrent la richesse de la pensée scientifique, une pensée qui questionne sans cesse et porte en elle sa propre capacité de contestation…

Bernard Maitte est professeur émérite à l’Université de Lille 1.
Initialement cristallographe, il s’est tourné de plus en plus vers l’histoire des sciences et l’épistémologie. Son livre « La lumière » (Seuil, Points-Sciences) a obtenu le prix Jean-Rostand. B. Maitte est aussi un des initiateurs de la politique de création en France des « Centres de culture scientifique, technique et industrielle » : il a créé et dirigé le « Forum des Sciences » en Région Nord-Pas de Calais (prix Jean Perrin).

Principaux ouvrages :

– La lumière, Paris, Seuil, Points-Sciences, 1981, nlle édition revue et augmentée 2015.
– Histoire de l’arc-en-ciel, Paris, Seuil, Science-Ouverte, 2005.
– Histoire des cristaux, Paris, Hermann-Adapt, 2015
Collectif :
– Hier pour demain, une histoire de la CSTI, Paris, L’Harmattan, 1ères rencontres Michel Crozon, 2014.
– Une mémoire pour demain : 30 ans de CSTI en France, Paris, L’Harmattan, 2èmes rencontres Michel Crozon, 2014.

14h00 Diodes électroluminescentes : science et société

Jean-Yves Duboz
CRHEA-CNRS Valbonne Sophia Antipolis
Jean.Yves.Duboz@crhea.cnrs.fr

Le prix Nobel de physique 2014 a été décerné à Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura pour leurs travaux sur les diodes électroluminescentes (DEL) et leurs applications pour l’éclairage. L’éclairage est révolutionné autant dans ses principes que dans son efficacité. J’expliquerai le fonctionnement de ces DELs et la découverte liée au matériau nitrure de gallium qui a conduit au prix Nobel. Je montrerai comment ces DELs peuvent être utilisées pour l’éclairage et les gains possibles en termes d’énergie. Je m’attacherai aussi à discuter certains usages des DELs qui peuvent compliquer la donne et qui montrent que science et société ne sont pas dissociables, notamment sur les questions d’énergie.

Jean-Yves DUBOZ est un spécialiste des propriétés électroniques et optiques des semiconducteurs et de la physique des dispositifs optoélectroniques. Ancien élève de l’ENS Ulm (1983-1988), agrégé de physique, il obtient sa thèse de troisième cycle à l’Université Joseph Fourier, Grenoble en 1990. Après sa thèse au Centre National d’Etudes des Télécommunications à Meylan (38), il passe une année (1990-1991) à IBM-T.J.Watson, Yorktown Heights, USA, puis intégre le Laboratoire Central de Recherche de Thomson-CSF (devenu Thales) à Orsay (91). Après une année passée en 2001 au département optoélectronique du National Research Council du Canada, Ottawa, il quitte Thales et intégre le CNRS pour prendre la direction du laboratoire CRHEA-CNRS, à Valbonne (06). Il a développé les détecteurs infrarouges à transitions inter-sousbandes en GaAs/AlGaAs puis les détecteurs UV à base de AlGaN. Il a travaillé sur les lasers IR en nitrures dilués à 1.55µm et les lasers bleus à base de InGaN. Enfin, il a été l’initiateur et est le coordinateur du Laboratoire d’excellence GANEX dédié aux nitrure de gallium, GaN.

15h00 Présentations des lauréats des prix jeunes chercheurs de la SFP

Mathieu Perrin Terrin pour le prix Daniel Guinier 2013, Anna Lombardi pour le prix Saint Gobain 2013, Emmanuel Jacquet pour le prix Sain Gobain 2012

16h15 Rosalind Franklin et le cliché qui a révélé la structure de l’ADN, la molécule de la vie

Pascale Launois
Directeur de Recherche CNRS
Laboratoire de Physique des Solides 
Université Paris Sud
pascale.launois@u-psud.fr

1953, la structure en double-hélice de l’ADN et son mécanisme de réplication sont découverts : la biologie moléculaire est née ! Nous discuterons l’histoire et le comment de cette découverte qui est l’un des évènements scientifiques majeurs du XXème siècle. Rosalind Franklin, dont le rôle n’avait pas été reconnu à sa juste valeur à l’époque, sera notre personnage principal. Nous expliquerons comment lire son célèbre cliché de diffraction par l’ADN. Nous conclurons sur l’utilisation aujourd’hui du formalisme qui permet d’interpréter ce cliché, pour analyser la structure de nanotubes d’intérêt physico-chimique, géologique ou biologique.

17h15 2015 : l’odyssée de la lumière

Roland Lehoucq
Service d’Astrophysique du CEA de Saclay
lehoucq@cea.fr

Résumé : Dans cette conférence, je montrerai que la Terre est située entre deux sphères incandescentes. La plus proche est la surface du Soleil d’où semble émise l’énergie lumineuse produite au cœur de notre étoile et qui traverse les couches denses de l’astre puis l’espace interplanétaire avant de frapper la surface de la Terre. La plus ancienne est celle qui matérialise l’horizon cosmologique et d’où provient la lumière primordiale refroidit par l’expansion de l’univers. Ces deux sources de lumière portent témoignage d’une fabuleuse histoire que la physique moderne a permis de reconstituer.

Bio : Roland Lehoucq est astrophysicien au Service d’Astrophysique du CEA de Saclay (Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energie Alternatives) et enseigne à l’Ecole polytechnique.
Très actifs dans la diffusion des connaissances scientifiques, il collabore au mensuel Pour la Science (rubrique Science et Fiction, en collaboration avec Jean-Sébastien Steyer) et tient depuis 16 ans une rubrique scientifique dans la revue de science-fiction Bifrost (http://bifrost.belial.fr/). Il a écrit de très nombreux articles de vulgarisation dans toutes les revues scientifiques destinées au grand public et donne une cinquantaine de conférences par an. Il a aussi publié ou participé à 26 ouvrages et collaboré à plusieurs expositions à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris), Palais de la Découverte (Paris) et à la Cité de l’Espace (Toulouse), dont la prochaine, intitulée « 2015 : l’odyssée de la lumière », se tiendra à la Cité des Sciences de Paris d’avril à juin 2015. Depuis 2012, il est président des Utopiales (www.utopiales.org), le festival international de science fiction de Nantes.

Publié dans SFP-Paris

Le nouveau site web de la SFP est en ligne

Un nouveau site plus fonctionnel, plus attractif, plus riche et vivant : www.sfpnet.fr

Publié dans SFP-Paris

Mardi 14 octobre 2014 : journée « matière condensée à Paris-Centre »

Une journée de réflexion sur l’élaboration d’une stratégie concertée sur les recherches dans le domaine de la matière condensée, à l’initiative des départements de physique de l’Université Paris-Diderot et de l’Université Pierre et Marie Curie.

 

les UFRs de physique de l’UMPC et de Paris-Diderot invitent tous les membres de la communauté « matière condensée » de Paris-Centre à une journée de rencontre pour discuter de science et réfléchir ensemble à une stratégie collective pour les prochaines années. L’objectif est de renforcer les liens très vivants sur le terrain de nos différents établissements, en recherche et en enseignement, d’aller vers une cohérence plus forte et une meilleure visibilité de la physique que nous faisons, au delà de l’impression de morcellement de notre discipline entre les trois grands regroupements universitaires parisiens (Sorbonne-Université, Sorbonne Paris Cité et Paris Sciences et Lettres), .

Cette rencontre aura lieu
mardi 14 octobre 2014,
à l’amphi Durand, bâtiment Esclangon,
sur le campus Jussieu.

Elle se déroulera selon deux sessions de présentations scientifiques suivies d’une table ronde de discussion en fin de journée. Les thématiques retenues pour ces deux sessions sont « micro- et nano-fabrication »  et « microscopies ». L’objectif est de donner un aperçu aussi large que possible, allant de la matière « dure » à la matière « molle », des grandes questions scientifiques qui peuvent bénéficier de l’appui de ce type de technologies. D’autres axes thématiques sont également envisagés pour des rencontres futures, avec en filigrane la possibilité de développer ou de créer des plates-formes technologiques qui pourraient être mises en commun.

La fin de journée sera réservée à une table ronde, en présence des représentants de l’UPMC et de Paris-Diderot, sur l’avenir de la matière condensée à Paris, sur les perspectives pour la recherche, sur l’opportunité
de se structurer de façon plus institutionnelle, et si oui sous quelle forme … Un état des lieux concernant l’enseignement sera également effectué.

Programme de la journée

9h15 : Accueil, café
9h30 : Introduction

10h00 : Session micro- et nano-fabrication

10h00-10h30 : Takis Kontos (LPA-ENS)
Tamponnage de nanotubes de carbone pour l’électrodynamique quantique en cavité de circuits hybrides

10h30-11h00 : Jean Yves Duquesne (INSP-UPMC)
Manipulation acoustique des ondes de spin

11h00-11h30 : Pascal Hersen (MSC-P7)
Microfluidics for quantitative single cell biology

11h30-12h00 : Sara Ducci (MPQ-P7)
Photonique quantique intégrée avec des dispositifs en AlGaAs

12h00-12h15 : Discussion et synthèse

12h15-14h00 : Buffet

14h00 : Session Microscopies

14h00-14h30 : Jaysen Nelayah (MPQ-P7)
Structure, diagramme de phase et réactivité de nanoparticules d’alliages : apports de la microscopie électronique de nouvelle génération.

14h30-15h00 : Geoffroy Prévot (INSP-P6)
La microscopie tunnel environnementale à l’INSP

15h00-15h30 : Fabien Montel (MSC-P7)
Zero-Mode Waveguide Detection of Biomolecules Translocation through Nanopores.

15h30-16h00 : Guillaume Radtke (IMPMC-P6)
Chimie à l’échelle atomique : de l’analyse statistique à la détection d’atomes isolés.

16h00-16h15 : Discussion et synthèse

16h15-17h15 : Table ronde, en présence des VP recherche de l’UPMC et de Paris-Diderot, des responsables d’enseignement et des directeurs d’UFR.
L’avenir de la matière condensée à Paris-Centre : aspects recherche et enseignement

17h15 – 18h : Apéritif de conclusion

Publié dans SFP-Paris

Rencontres des jeunes physicien-ne-s le 4 novembre 2014

La deuxième édition des Rencontres des jeunes physicien-ne-s est lancée, elle aura lieu le 4 novembre 2014 au CNAM.

Voir la page dédiée

affiche2014finale

Publié dans SFP-Paris

Accord SFP-APS pour l’inscription de leurs membres aux congrès

La SFP vient de signer un accord avec l’APS (American Physical Society) pour permettre aux membres des deux sociétés de bénéficier de privilèges identiques à ceux des membres de la société partenaire lors de l’inscription aux congrès respectifs.

Publié dans SFP-Paris

Participez au groupe facebook femmes et physique !

C’est ici :

https://www.facebook.com/groups/1457159957836672/

Publié dans SFP-Paris

Regards de physicien(ne)s 2014

Affiche2014-2-9-cnam-

PROGRAMME

vendredi 7 février 2014 de 11h30 à 18h

Au CNAM, amphi Paul Painlevé, 292 rue Saint Martin – Paris 3e

Entrée libre

  • 11h30 – La découverte du Boson de Higgs : et après ?
    Sandrine Laplace

Un demi-siècle. C’est le temps de gestation du Boson de Higgs, imaginé par F. Englert, P. Higgs  (Prix Nobel 2013) et R. Brout en 1964, et finalement né dans le LHC du CERN en juillet 2012. Un demi-siècle d’une aventure humaine et technologique unique, a laquelle ont pris part les 6000 physiciens des collaborations ATLAS et CMS co-auteurs de cette découverte. Si l’existence du Boson de Higgs permet de résoudre le problème de la masse des particules élémentaires, elle pose aussi de nombreuses questions telles que le problème de la hiérarchie de la masse du Boson de Higgs ou le lien possible entre champ de Higgs et inflation, auxquelles s’ajoutent d’autres mystères de l’univers comme la matière noire et l’énergie noire. La production de dizaines de milliers de Bosons de Higgs au LHC dans les prochains décennies offre ainsi un nouveau champ de recherche pour tenter de répondre a ces questions.

Téléchargez la présentation

Sandrine Laplace est chargée de recherche au CNRS au Laboratoire de Physique Nucléaire et des Hautes Énergies de Paris. Elle est membre de la collaboration ATLAS du CERN.

  • 14h00 – Exploration et manipulation du vivant avec des nano-aimants
    Claire Wilhelm

Les nanotechnologies ont récemment fait leur entrée dans le secteur de la médecine et semblent devenir des acteurs incontournables pour proposer de nouvelles solutions diagnostiques, élaborer des traitements innovants, ou encore favoriser la régénération des tissus. Parmi ces nouvelles technologies, les nanoparticules magnétiques ouvrent de nombreuses perspectives : elles sont visibles au plus profond de l’organisme par IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), peuvent se comporter comme des sources de chaleur pour « bruler » des cellules malades, et sont  pilotables à distances par des aimants. Leur taille nanométrique leur permet d’interagir avec le vivant, aux plus petites échelles de l’organisme, et de s’insérer au cœur même des cellules.
Les nanoparticules magnétiques offrent donc au physicien les outils pour tenter de relever un des défis de la science d’aujourd’hui : pouvoir manipuler le vivant. Les applications seront multiples pour la médecine de demain; pour le diagnostic (nano-traceurs IRM), pour la thérapie (nano-médicaments magnétiques, nano-destructeurs tumoraux) ou encore pour la réparation tissulaire (tissus magnétiques …).

Claire Wilhelm est directrice de recherche au CNRS, a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2011 et poursuit ses recherches au laboratoire Matière et Systèmes Complexes, unité de recherche mixte CNRS – Université Paris Diderot.

  •  15h00 – Conférences par les lauréats des prix jeunes chercheurs de la Société Française de Physique
    Anne-Florence Bitbol (prix SFP-Michelin)
    Sébastien Leurent (prix SFP-Guinier)

  • 16h15 – Neutrinos supraluminiques : particules, physiciens, journalistes, qui va le plus vite ?
    David Larousserie

Les informations scientifiques au sommaire des 20 heures à la télé, des spots radio ou à la Une des journaux sont rares.  A fortiori lorsqu’il s’agit de recherches en physique. Alors que s’est-il passé le vendredi 23 septembre 2011 ?  Une particule, la tête d’Einstein et le concept de vitesse de la lumière ont été propulsés sur le devant de la scène médiatique. Retour sur un événement médiatico-scientifique et les leçons à en tirer sur le fonctionnement de la science et des médias.

David Larousserie est journaliste scientifique au journal Le Monde

 

  • 17h15 – La physico-chimie révèle l’histoire des œuvres d’art
    Philippe Walter

Un usage croissant de nouvelles technologies d’analyse physico-chimiques permet de fournir aux spécialistes du Patrimoine culturel de nombreuses informations nouvelles sur la datation, la conservation et la nature des œuvres d’art. Cette communication permettra d’explorer comment des accélérateurs de particules et des instruments miniaturisés utilisant des rayons X conduisent à de nouvelles formes de recherche interdisciplinaire.

Philippe Walter est directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (CNRS-Université Pierre et Marie Curie). Il est également professeur au Collège de France, titulaire de la chaire annuelle d’Innovation technologique – Liliane Bettencourt pour l’année 2013-2014. Ses recherches se sont portées sur l’emploi d’outils d’analyses pour révéler le développement d’une chimie pour la santé et la beauté durant l’Antiquité ainsi que l’élaboration de nouveaux matériaux de peinture, par exemple durant la Renaissance. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Lyon, docteur en géochimie à l’Université Paul Sabatier de Toulouse en 1993, il a reçu en 2008 la médaille d’argent du CNRS et en 2010 à Philadelphie, le prix Franklin-Lavoisier.

 

  •  

Publié dans SFP-Paris

La SFP organise « Condensed matter in Paris » du 24 au 29 août 2013

En partenariat avec l’EPS, la SFP organise à Paris la conférence européenne incontournable sur la physique de la matière condensée « Condensed matter in Paris » CMD25-JMC14, du 24 au 29 août 2013.

Informations, programme et inscription sur le site de la conférence

 

Publié dans SFP-Paris